vendredi 13 novembre 2009

L'enseignement du Maitre

"le père devant, le fils derrière."
"la cime et les branche du fils vers le ciel."
"si le tronc est droit les branches sont droites, si le tronc est
sinueux les branches sont sinueuses."
"enlever les branches basses du père pour mettre en valeur le fils."

Avec un peu plus de mouvement, et de compacité...
La face corrigée et la grande branche conservée (momentanément pour
faire grossir le tronc du père.

La suite se jouera avec le moshikomi.

jeudi 12 novembre 2009

Jour d'evaluation

Et oui, quand on va à l'école, on passe des évaluations. Le
résultat du jour: un Chamaecyparis en double tronc. Pour les photos
avant-après et les commentaires, c'est pour demain...

dimanche 1 novembre 2009

Trophée des Clubs: Reportage vidéo

Comme j'ai eu plusieurs remontrances d'amis qui ont "oublié" la date de l'événement le plus en vue de cette find'année; comme il y a des malheureux qui n'ont pas pu se rendre à Veyrier le weekend passé; comme je n'arrive plus à suivre les sollicitations "Alors, c'était comment?", "Ca ressemblait à quoi?", "Vous avez organisé comment?"; ....
Je vous propose un joli diaporama qui vous offre une visite "virtuelle", signé (Sylvain Berbié (merci à lui!), et qui vous donnera peut-être envie de visiter la prochaine édition...



Et si vous êtes habitués des forums voici quelques contributions qui vous en montre davantage...

par Carlos Hebeisen   -   par "François81" sur EDG   -  par "Zorg" sur ParlonsBonsai

vendredi 30 octobre 2009

Atelier du jour: collage pierres


Dans la perspective du prochain stage avec Maître Ando, petit stage
entre amis avec des ardoises glanées du côté de Tzeuzier.

lundi 26 octobre 2009

Un jour après

Voilà ! Nous l’avons préparée pendant une année, et, déjà, la voilà derrière nous : notre exposition a eu lieu ce weekend d’octobre: le 1er Trophée des Clubs.

Un peu groggy; fatigué; heureux; l'impression de ne pas en avoir profiter assez...
Que d'émotions diverses... partagées, si l'on en croit les commentaires qui fleurissent aux coins de la Toile au lendemain de ce beau weekend.

Qui est vainqueur?
Sûrement le club gagnant: Castres Bonsaï Passion; mais aussi le public: une expo d'un tel niveau à Genève; et le BCL: quel pied d'accueillir tant de passion chez soi; et les clubs participants: un bon prétexte de voyager entre amis.

Et si vous l'avez manqué, cherchez "Trophée des Clubs" sur Internet, ou ne manquez pas la prochaine édition!

dimanche 18 octobre 2009

On Air, sur la Première de la RSR, pour la deuxième...

Et oui, après ma première expérience - émission du 27 septembre 2009 - , j'ai rempilé ce dimanche...

Après les joies du direct, j'ai découvert l'aventure de l'enregistrement;
ou comment parler
- dans le micro,
- en faisant une démonstration,
- sans oublier le commentaire...

pour mon mentor du moment, Xavier Bloch, c'est un exercice banal; mais pour un novice, c'est excitant, stressant, déstabilisant et un brin décevant! Mais au final, et grâce à la magie du montage, le résultat est finalement séduisant:
--> Extrait de l'émission à écouter ici ...

Certes une mise en forme radiophonique est un exercice un peu particulier: sans image, elle peut paraître absconse. Alors, pour plus de clarté, voici donc sur le site de la RSR un résumé imagé (photos Xavier Bloch).

Je vous propose aussi de découvrir le jardin de Philippe Leblanc, camarade complice, qui a présenté son jardin dans la même émission, avec cet humour qui lui va si bien: --> à découvrir ICI !

Et n'oubliez pas l'Évènement du weekend prochain, organisé par le bonsaï Club du Léman à Veyrier (Genève) : le Trophée des Clubs

dimanche 27 septembre 2009

On Air, sur la Première de la RSR

Une première pour moi, ce matin: la promotion du prochain Trophée des Clubs et Exposition de Bonsaï et Ikebana, organisé par le BCL - Bonsaï Club du Léman.

En payant de ma personne (lever avant l'aube) pour honorer l'aimable invitation de Monsieur Jardinier sur la Radio Suisse Romande - RSR. Un moment savoureux avec des gens exceptionnels... et trois petites interventions "Bonsaï" dans les 180 minutes de l'émission:
6:20 , présentation
8:20, développement
8:55, Trophée des Clubs

Un grand merci à Christine Magro pour son invitation.

mardi 8 septembre 2009

Mélèze du Japon en cascade

Neige à 2200 m!
C'est bien ce qui était annoncé ce premier weekend de septembre. Que la bise fut froide...
Comme un antidote, cette image pleine de soleil me remémore un printemps pas si lointain: pour ce Larix kaempferi, l'époque du débourrement. J'avais profité de le rempoter dans un pot de Klika, dont les réalisations me plaisent par leur texture inimitable. C'était il y a exactement 5 mois, les promesses d'un été qui fut splendide.

samedi 4 juillet 2009

Quelques herbes

Petit travail de weekend.

Une armoise dans un pot de Jean-Marc Defferrard.






Le pot fait un pouce de haut. La fleur ne couvre pas l'ongle. le tout tiens dans la main ;-)





Variante avec la même herbette mais dans une version délicieusement anarchique...

jeudi 28 mai 2009

Les trois Amis de l'Hiver

Cette expression - "Les trois Amis de l'Hiver" - a été exprimée la semaine passée par Keizo Andô en réponse à ceux qui, surpris de la catégorique injonction du Maître à ne pas faire de shari ou de jin sur un feuillu, ont fait remarquer que le Mume était souvent travaillé pour mettre en évidence des bois morts très expressifs. "Le Mume, avec le Pentaphylla et le Bambou, est l'un des trois amis de l'hiver." Nous devions comprendre qu'ainsi le Mume était le seul feuillu sur lequel un japonais s'autorisait à admirer un bois mort.

Mais que signifie cette petite phrase bien poétique?

J'ai trouvé cette brève explication: "Il existe en Chine un vieux dicton qui dit :"le pin, le bambou et le prunier sont les trois amis de l'hiver". Ce dicton signifie que le pin qui résiste au froid, demeure constant même dans l'adversité. Le bambou garde ses feuilles avant l'hiver difficile. Le prunier reste radieux même en hiver."
Voilà, donc ce qui autorise les magnifique Mume à nous ravir de fleurs précoce sur fond de belles écorces.

lundi 25 mai 2009

Fukinagashi - Battu par les vents (2)

"Battu par les vents" était un des thèmes de notre session de printemps de la Scuola d'Arte Bonsai. Une occasion de revoir un style exigeant avec un maître attentif!
Pour cet exercice, un Juniperus communis Nana - "Génévrier des Alpes" - fut mon terrain de jeu.
1 jour et demi de ligaturage et mise en forme... pour un résultat, ma foi, bien charmant! Oui, pas mal de satisfaction et de fierté à avoir accompli le travail sans autre intervention de Maître Andô que les justes mots pour guider mes mains, et former mon esprit.

Si! Il fit un pliage; sur une branche. Un seul geste pour ponctuer son "inspection". Une sorte de signature; ce détail qui change l'arbre...

mercredi 8 avril 2009

C'est le printemps!

Après cette longue série à propos de la Festa di Primavera...

Vous direz que j'ai 2 semaines de retard. Peut-être.
Je vous parle de "mon" printemps; celui qui fait verdir les premiers arbres de la splendide forêt qui est mon paysage de tous les jours... Et oui, entre hier et aujourd'hui, les premiers nuages verts se dessinent.

Leur répondent mes petits mélèzes; d'un vert tendre qui nous annonce ces beaux jours à venir. Ici, un Larix decidua que j'ai eu le plaisir de mettre en forme la première fois avec l'aide précieuse de Michael Wilhelm chez Pius Notter.

Festa di Primavera (quinquies)

( et oui: après bis, ter et quater, il y a " quinquies"... ;-)

- Pour cette arbre, plutôt réussi, il reste à nettoyer le tronc pour M. Ando qui encourage à utiliser les brosses pour créer la patine nécessaire à l'aspect mature de l'arbre. Les troncs qui ne sont pas lisses posent le probléme de devoir être nettoyés sans être abîmés. Les campagnards seront avantagés par rapport aux citadins qui devront veiller à bassiner régulièrement leurs arbres pour délaver les troncs.

- M. Ando a particulièrement apprécié cet arbre puisque le travail a été effectué sur un plant de pépinière très brut et que son auteur a réussi a créer une un arbre très élégant en appliquant les préceptes appris à l'école.

- La première section de l'arbre est très rectiligne, et rend l'arbre difficile; il s'agira de corriger et équilibrer l'arbre en développant son feuillage et sa maturité;
dans ce sens, le shari doit être régulièrement travaillé .... à la brosse!

-

dimanche 29 mars 2009

Festa di Primavera (quater)

Dans les trois premiers billets, les arbres présentés sont des arbres qui ont été suivis durant les années de la formation. Passons aux arbres qui ont servi au travail de fin d'école; ils ont donc été mis en forme à partir d'un arbre brut.

- La mise en forme de cet arbre est correcte; M. Andô fait remarquer que la face choisie donne un arbre banal. Le choix d'une autre face (disons, "à 1H00; ou depuis un trois-quart arrière droit) aurait engendré un arbre plus expressif.

- Sur cet arbre, M. Andô insiste sur la nécessité de travailler les bois morts à la brosse, en frottant beaucoup. Il ne préconnise pas le travail au feu qui pour lui assombisse le bois (qui doit devenir clair) et ne donne pas une texture très natuerelle.

- L'arbre est bien réussi; la branche basse à droite devra s'étendre vers le jin du coude à droite pour rééquilibrer l'arbre et aoindrir l'impact visuel du jin qui est un peu gros.
- de même que l'arbre précédent, le bois mort devra encore être abondamment frotté à la brosse.

- Ce petit lettré est plutôt réussi avec un mouvement non conventionnel; il gagnera en matrutié par le travail et la ramification du feuillage.



- Une branche basse entre le tronc et le feuillage actuel a été retirée par M. Andô. Ainsi l'arbre parît plus léger et permet de mieux apprécier le beau sahri qui se mêle au nébari.

samedi 28 mars 2009

Festa di Primavera (ter)

- Le bois mort doit être patiné par brossage: brossez, brossez, brossez pour obtenir une patine naturelle; et ne pas brûler, au risque de rendre le bois peut naturel et surtout trop foncer. Le bois mort doit être clair.
- la tablette est un peu fine pour un pot et un arbre assez massif.

- A compléter








- Le mélèze est un peu trop compacté. Le tronc est magnifiquement massif, et la ramure peut être plus aérienne.
- de plus, le style n'est pas clair; un han-kengai doit descendre en dessous du nebari. Ce qui n'est pas le cas ici. La branche de gauche en bas pourrait être abaissée avantageusement pour régler ces deux défauts.
- un défaut apparent est bien résolu: la hauteur du tronc et la hauteur du pot sont identique, et le pot massif est choisi avec une liure en ronde-bosse qui coupe optiqument la hauteur du pot. Un rythme 1,2,3 est créé et masque cette symétrie.
- finalement, la tablette très fine et fluide n'est pas cohérante avec la masse du pot et de l'arbre.

-







- Cette composition est remarquée par sa qualité. Tout y est bien équilibré.
- la couleur du pot pourrait être avantageusement remplacée par un bleu à reflet vert; actuellement, sa couleur claire est très proche du tronc et ne le met pas en valeur.
- a remarquer, la tablette qui convient aux feuillus, et également à des conifères avec plus de caractère.

- (je n'ai pas eu connaissance des commentaires de M. Andô pour cette forêt)

mardi 24 mars 2009

Festa di Primavera (bis)

Comme promis voici la suite des arbres de cette belle exposition:

- Dans cette présentation, les shohin dans l'étagère occupent trop d'espace. La démonstration de M. Andô fut saisissante: en remplaçant l'arbre en bas à droite avec la petite herbe au pied du genevrier, l'expression de la présentation change complétement; en amenant du vide dans l'ensemble, toute la composition respire davantage.
- la règle veut que chaque arbre soit très différent des autres, que chaque poterie se différencie, que les formes et les couleures se distinguent. Dans ce sens, sont présentés conifères, feuillus, frutiers; mais leurs formes et couleurs ne diffèrent pas beaucoup.
- les arbres sont tous bien orientés par contre la petite herbe sous le genevrier n'est pas nécessaire.
- le genévrier doit être travaillé pour le compacter; les branches ont trop poussé et sa forme est trop lâche.

- Il n'est pas adéquate d'utiliser une fleur comme plante d'accent en exposition ; elle vole la vedette à l'arbre.
- plus généralement, les fleurs ouvertes ne sont pas tolérées en exposition y compris sur les arbres: elles ne devraient être exposées que lorsqu'elles sont sur le point d'éclore; pas au-delà. Exception faite des azalées qui peuvent être exposées, et avec un nombre limité de fleurs ouvertes.

- La plante d'accent doit être éclaircie; les plus grandes feuilles retirées. Ainsi, l'arbre paraîtra plus grand.
- l'écorce doit être brossée car elle est sale. Cette remarque revient très souvent en particulier sur les bois morts. Nous y reviendrons plus loin.

- Cette présentation est correcte. L'arbre père devrait être par contre probablement corrigé: la branche basse de droite devrait être retirée pour augmenter l'élancement de l'arbre et donner davantage de place à l'arbre fils. La cime du père doit être éclaircie et affinée.

- Ce Ficus est travaillé depuis de nombreuses années et suit son propriétaire dans ces déplacements.
- la plante d'accent est un peu haute.
- la fleur au milieu doit être retirée; par contre, on observe la profondeur que créent les trois éléments qui ne sont pas alignées face au spectateur.

dimanche 22 mars 2009

Festa di Primavera

21 mars 2009! le jour idéal pour visiter la Festa di Primavera, organisée chaque année par la Scuola d'Arte Bonsai. Sur le plate plaine du Pô, non loin d'Allessandria (entre Torino et Milano), dans un petit hôtel au charme certain. Sous l'appentis de l'entrée de beaux Yamadori de toutes sortes - de magnifiques romarins venus du sud de la France -, à côté de très jolies herbes, plus loin quelques vendeurs de poteries importées, de belles tablettes fabriquées à Bergamo par deux frères rasta. Au delà de la pelouse, sur une terrasse de terre cuite, un atelier en plein air sous l'œil expert et les conseils avisés de Maître Andô. Puis derrière, le carré aux rosiers, des pépiniéristes sous le soleil piémont...
A l'étage du restaurant, sous une charpente ancienne, l'exposition des élèves de l'Ecole, encadrée des travaux des élèves terminant leur cursus de 8 ans.

Plutôt que des mots, les photos qui suivent seront les meilleurs témoins du travail studieux de cette école. Les patientes années d'apprentissage des règles de l'Art Bonsai s'inscrivent ici dans la durée, avec une approche toute japonaise au temps qui passe et qui forme le bonsai et le bonsaika.

Je partage quelques remarques de Keizô Andô avec les images.

- la plante d'accent ne doit pas être plus haute que le plateau de la tablette; la petite tablette sous la plante d'accent n'est pas nécessaire et rehausse donc inutilement la plante.



- Le kakemono n'est pas nécessaire pour une exposition.
- la plante d'accent ne doit pas être composée de 4 variétés différentes; elle doit se limiter à une herbe, voire deux. Ou alors, il s'agit de l'exposition d'un kusamono qui devient le sujet principal.
- alors que l'arbre s'oriente vers la gauche, la plante est à droite; ils vont divorcer ;-)

- La mousse qui fleurit au printemps peut être exposée sans devoir couper les inflorescences.
- La plante d'accent ne doit pas présenter de motifs sur les feuilles (ici les nervures); elle doit être unie.

- M. Andô revient souvent sur les soins des bois morts respectivement des écorces. Il conseille de brosser régulièrement les bois; c'est selon lui la meilleure manière de révéler les veines du bois. On verra que M. Andô pense qu'il ne faut pas brûler le bois; il préfère l'ouvre du temps... et de la brosse.






- Les arbres sur la roche sont trop nombreux; sur une roche, l'important, c'est la roche et les arbres la mettent en valeur. Il ne faut pas que les arbre "étouffent" la pierre.
- L'arbre en accompagnement a été changé; un feuillu très simple qui rappelle la plaine est plus adapté qu'un conifère. Sa taille a peine plus haute que celle de la tablette convient juste.

lundi 2 mars 2009

p'tit nouveau en Mars

Mars
Mars, de la guerre
Mars, des expéditions
Mars, attaque
Mars, et ça repart...
.........
Surtout, Mars, c'est le printemps; enfin, bientôt. Alors, pour fêter Mars (sans guerre, sans expé, sans attaque et avant le nouveau départ) un petit nouveau au jardin. Harry Harrington l'a formé et a eu la gentillesse de me le céder. Un mame de Cotoneaster qui parle anglais et toise à peine à deux pouces.

dimanche 1 février 2009

Keizô Andô Sensei

Keizo Ando est né en 1937. A l’âge de 30 ans, il décide de pratiquer un hobby à côté du travail et de la famille, et entre dans le monde du Bonsaï.

En mai 1977, il est engagé dans le Jardin du Maître Motosuke Hamano, fameux dans tout le Japon pour sa technique. Ce grand Maître a porté l’âme du Bonsaï à la postérité, grâce à ses élèves qui sont ensuite devenus célèbres dans le monde entier. Il a été le fondateur de la Fédération des Ecoles Bonsaї Japonaises, fédération à laquelle la “Scuola d’Arte Bonsai” est jumelée.

En 1980, Mr. Ando devient Instructeur. Le style Bunjin est son préféré, bien qu’il excelle aussi dans les “kusamono” et dans les herbes d’accompagnement; le Maître est n° 1 dans le “mochikomi” au Japon. Grâce à lui, aujourd’hui, l’art du “kusamono” est reconnu comme celui du Bonsaï.

Le Maître Motosuke Hamano le choisit comme son assistant et Mr. Ando achève son apprentissage en suivant son Maître partout.

Devenu Instructeur de la Fédération des Ecoles Bonsaï Japonaises, il donne des cours gratuits dans le Jardin de Mr. Hamano jusq’au 1999, année durant laquelle, ayant fermé son entreprise typographique (ses deux fils n’ont pas voulu la reprendre) et après avoir trouvé un autre emploi pour tous ses employés, il quitte l’école après 19 années d’enseignement pendant lesquelles il a aidé Mr. Hideo Suzuki dans ses examens pour devenir professionnel.

Aujourd’hui, il continue à transmettre les enseignements de son Maître Hamano à ceux qui vont étudier dans son Jardin, soit 60 élèves, de cinq heures du matin, jusqu’à minuit.

Il a un Jardin et ses arbres ont été sélectionnés et primés dans les plus importantes expositions japonaises : Kokufu ten, Taikan ten et Ichiju ten. Ses arbres ont été présenté par lui même car il n’est pas commerçant et il n’est pas listé comme professionnels: il est juste un “Maître!”.

Mr. Ando a accepté de remplacer Mr. Hideo Suzuki, qui pour des raisons familiales ne peut plus venir en Europe pour enseigner à la “Scuola d’Arte Bonsai”, en nous promettant, pour le moment, une période de cinq années.

Il vient de terminer la session d’automne avec 18 cours en Italie, France, Allemagne et Suisse, et ses élèves occidentaux l’attendent avec impatience pour le prochain printemps

(le texte est de Maria Volontario; cette version française est corrigé par moi-même pour la Scuola d'Arte Bonsaï; l'image est de moi-même.)

samedi 3 janvier 2009

An 9

Lever de soleil sur l'an neuf!

Parmi de majestueux Picea, Larix, Fagus et Pinus, rendus imposants par la neige, c'était mon tour de me trouver tout petit, si loin de mon habitat, ce matin pas comme les autres.

Bonne année!
Related Posts with Thumbnails